Running around the world

24 novembre 2013

 

Running in Beyrouth - Lilian Alleaume

Beyrouth 1 Novembre 2013

beyrouth toit 3beyrouth moquée bleiebeyrouth hotel toitBeyrouth église

8h, très tôt ; trop tôt pour cette ville.

Quelques pas, sur le trottoir pour étendre et redonner espoir à mon corps, couché trop tard.

Le soir s’étire souvent jusqu’aux premières lueurs, jusqu’aux premières douleurs.

Pas loin, plus loin sur le bitume, quelques fêtards éberlués se font contrôler à un barrage très fliqué… aux pieds d’immeubles mitraillés... la fête en remède contre la violence de ses voisins. Juste à côté, s’érigent des statuts des martyrs engagés, troués par les enragés.

 Frontière entre les nouveaux quartiers, opulents, gras et grands, larges et hauts, le nouveau Beyrouth s’installe là, avec balcon sur la mer, vue sur la marina, l’Occident et l’argent. Les yachts fricotent avec les belles italiennes carrossées de rouge. Les allemandes sportives s’étalent sous le porche d’un hall destiné à vendre le luxe français.

Je cours, j’accélère pour ne pas trop regarder. Je veux voir le vrai, découvrir, arpenter les restes d’un temps dont je rêvais... je cherche désespérément les espaces verts. Juste un arbre, de-ci de-là, semble rappeler qu’un jour la nature existait là... je bifurque sur la corniche où malgré l’heure matinale, quelques joggeurs se croisent sans vie, sans signe, sans se voir. Point de salut. La chaleur fait souffrir les pores et inonde le corps de sueur. Je mouille le tee-shirt. Courir, c’est aussi souffrir de sa propre odeur. Je me cale au rythme des ouds palestiniens d’un trio masculin, tempo oriental pour battre la dalle de mes Nike. J’avance dans les ruelles désertées par les Beyrouthins.

 Maintenant le chemin se fait plus escarpé. Je grimpe, j’escalade les trottoirs pour éviter quelques papiers tombés en toute liberté des poubelles. J’aperçois quelques mosquées et quelques églises, un Pacs religieux qui a parfois mal tourné,  ils se sont pourtant aimés. La grande mosquée bleue fait de l’oeil à un grand clocher surélevé. Complexe de taille, bataille gémellaire. Je tourne pour visiter d’autres quartiers: stop. Interdit. t’es français, pas trop conseillé d’aller voir l’étranger, d’aller saluer mes congénères, mes frères. Ma peau n’est qu’une protection pour mon âme, mais pas une différence pour mon cœur.

Je prolonge, j’allonge le pas, la foulée s’agrandit pour faire durer le plaisir de souffrir. Le souffle se cale sur la tourne musicale… répétitive, Derviche coureur.

 L’esprit s’éloigne, battre la campagne sous les vapeurs des diesels citadins. Bientôt l’heure de rentrer, le corps se sent lui, là, vide et conscient. Plein d’émotions. Un jour je reviendrai pour aller voir plus loin, en paix, la terre battue ou pousse le Cèdre fier. Je rentre pour dormir sur mes illusions.

beyrouth marinabeyrouth Mosquée Immeublebeyrouth panneauBeyrouth 2cv

Beyrouth églisebeyrouth immeuble 3beyrouth oudbeyrouth immeuble Détruit

Beyrouth ImanBeyrouth Muezzinbeyrouth rooftopbeyrouth toit

beyrouth immeuble 3Beyrouth mercedesBeyrouth Mosquée interieurbeyrouth petite mosquée1

Posté par lilian-alleaume à 19:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]


06 novembre 2013

Budapest-La vidéo

Budapest 2013

Posté par lilian-alleaume à 13:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

 

IMG_20131025_141806
IMG_20131025_142644
IMG_20131026_003744

 pont

 Courir : S’approprier la sensualité de l’espace. Capturer la joie. Arpenter le bitume.

Explorer la face cachée de la cité,  en découvrir sa vérité en un instant: instantanée.

 Budapest, 25 Novembre, 7h du matin.

Du côté Buda. Même le soleil a du retard à l’allumage, il s’incline lentement vers l’ouest, peut-être a-t-il lui aussi du mal a briller, recouvert sous un épais tapis de brume... Le rouge me barbouille les globes oculaires. La foule commence doucement à  s’étaler, à galoper vers leurs activités rémunérées.

Je traverse la rue, pour longer le Danube, quelques vélos me frôlent et m’obligent à me ranger sur le coté…des centaines de mètres plus haut, un pont pas trop loin, me donne l’idée de traverser vers Pest. Quelques foulées sur cet édifice en fer forgé, je bascule enfin vers le parlement, le long du fleuve où les canards  aiment surfer sur les vagues à la nuit tombée, le palmipède Hongrois est amusé. Chez  nous, gavé.

Je tourne, direction le parlement : Un casque de l’autorité...coup de sifflet, le beau merle a beau hurler , je l’évite, l’esquive… Pas le droit de courir sur les quais, question de sécurité. Mais rattrapé par un de ses aînés plus alerte, je m’arrête ...j’exerce mon anglais timide et finis par prendre le plus vite possible la poudre d’escampette,  non sans lui avoir tapé la main en signe d amabilité et d amitié. Le magyar n’est pas sportif, handicapé par une bedaine très affirmée.

Un stock de Bartok pour rythmer mes foulées. Je tourne, virevolte pour me disperser, m’ évanouir dans les ruelles de Pest. Les immeubles alternent avec des boulevards immenses offerts aux chars étrangers. Encore quelques foulées pour visiter les vieux quartiers, le château…bientôt arrivé, prêt pour un bain dans des thermes réputés…Enfin autorisé à m’arrêter, pas encore épuisé, juste un peu décalqué.

Je m’affale sur le lit défait, bientôt une autre échappée, d’autres enjambées : Beyrouth.

IMG_20131105_162434
IMG_20131105_162116
IMG_20131105_162035
IMG_20131024_143749

 

 

Posté par lilian-alleaume à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]